DE  |  EN  |  FR  |  IT  |

Trottoir

Le trottoir est réservé aux piétons (art. 43 alinea 2 LCR) et ne peut qu’exceptionnellement être utilisé par d’autres usagers.

De manière légale ou illégale, les trottoirs sont de plus utilisés à d’autres fins. La pression est forte et provient de différents facteurs.

Le Conseil fédéral a modifié l’art. 65, al. 8, de l’OSR en 1998. Cette modification a pour conséquence qu’il est possible,pour notamment sécuriser le chemin de l’école, de poser le signal 2.61 «Chemin pour piétons» accompagné de la plaque complémentaire « autorisés» aux extrémités d’un trottoir peu fréquenté par les piétons, sur des routes où le trafic est très élevé. Cette exception ne constitue aujourd’hui de loin plus une exception.

Il arrive également que les vélos circulent sur les trottoirs, là où cela n’est pas autorisé. Ils y sont pris en étau par les voitures et se sentent plus en sécurité sur le trottoir. PRO VELO SUISSE et Mobilité piétonne Suisse ont pris position ensemble sur ce sujet, afin que les deux modes de transports que sont la marche et le vélo disposent de liaisons sûrs et sans conflits.
Position commune

Les voitures et les motos sont parfois garées pour des durées variables de manière illégale sur les trottoirs.

D’autre part, la pression vient également de l’autre côté du trottoir: les cafés de boulevard sont à la mode et le mobilier urbain (bancs publics,…) fait l’objet de demandes croissantes. Les magasins utilisent l’espace de la rue pour leurs étalages et leur publicité afin d’attirer les clients. Mobilité piétonne Suisse a examiné et évalué les règlements de différentes villes. Pour aider les villes et les communes qui n’ont pas encore de telles lignes directrices, une publication donne des conseils quant aux aspects à prendre en compte dans l’octroi du permis, ainsi qu’à la formulation des conditions y relatives.